La « lipolyse » bientôt interdite en France



Ces techniques visant à détruire les cellules graisseuses seraient dangereuses et inefficaces.

Les techniques d’amincissement de lipolyse, visant à détruire les cellules graisseuses, qui séduisent beaucoup les femmes du fait de leur simplicité vont être interdites en France. Un décret prohibant toutes ces techniques sera publié dans les prochains jours et entrera en vigueur immédiatement.

Tous les procédés non chirurgicaux visant à éliminer les cellules graisseuses sont concernés: injection de solutions hypoosmolaires, de produits lipolytiques, de mélanges mésothérapeutiques, lasers transcutanés… Cette décision fait suite à un avis de la Haute Autorité de santé (HAS), rendu public en fin de semaine dernière, faisant état de complications, à l’origine de séquelles graves.

Complications

Cet avis s’est appuyé sur une enquête très documentée, analysant toute la littérature scientifique sur les risques liés à ces techniques et sur une série d’auditions de dermatologues, de médecins et de chirurgiens spécialisés. La HAS fait notamment état de «complications graves» rapportées pour 23 patients ayant eu recours à des injections de solutions hypoosmolaires (technique aussi appelée lipodissolution, lipotomie, morpholiposculture): nécroses cutanées, hématomes, lésions sous-cutanées, ulcérations, thromboses…

Pour dix patients, les complications ont nécessité une intervention chirurgicale. En l’absence de données chiffrées permettant d’évaluer le recours à une telle pratique, il n’est pas possible d’apprécier la fréquence de survenue de complications par rapport au nombre d’actes réalisés.

Pour ce qui est des techniques à visée lipolytique sans injection, utilisant des lasers ou des ultrasons, la HAS souligne qu’aucun effet secondaire n’a été relevé, mais s’inquiète de l’homologation du matériel, de la formation des professionnels, et des conditions de réalisation. «Beaucoup de complications avec ces techniques de lipolyse ont été observées, notamment un risque accru de nécrose de la peau. Mais de plus, aucune publication n’a jamais conclu à la moindre efficacité», explique le Dr Sydney Ohana (Paris), président d’honneur de la société française de chirurgie esthéthique. Ces procédés étaient moins onéreux que la chirurgie esthétique, souligne la HAS, puisque le coût d’une liposuccion est estimé entre 2000 et 10.000 euros, contre 300 à 600 euros pour une séance de lipolyse. (le figaro.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *