Téléphones portables et cancers: absence de lien confirmée



« Il n’existe pas de relation entre l’utilisation du téléphone portable et le risque d’apparition de tumeurs cérébrales », rapportent ce vendredi des médecins suisses, dans le British Medical Journal. S’agit-il d’une étude de plus sur les centaines réalisées sur le sujet ? Pas vraiment. Celle-ci en effet, a porté sur plus de 350 000 Danois, suivis pendant 17 ans ! C’est dire son ampleur.

Réalisé au Danemark donc, ce travail a été piloté par une Helvète, Patrizia Frei du Swiss Tropical and Public Health Institute de Bâle. Avec son équipe, elle a prolongé un premier travail, réalisé par Danois entre 1982 et 1995 sur ce même sujet. A l’époque, celui-ci n’avait mis en évidence aucune relation entre l’utilisation du portable et le risque de cancer.

Après avoir repris les informations de cette cohorte et les avoir actualisées sur la période 1990-2007, Patrizia Frei a recensé cette fois, 10 729 cas de tumeurs du système nerveux central sur une cohorte comportant exactement 358 043 sujets. Les cancers en question ont été dans la plupart des cas, des gliomes et des méningiomes.

« Les chiffres que nous avons retrouvés ont été similaires – donc statistiquement non-significatifs – chez les usagers de mobiles et les autres sujets », explique-t-elle. Laquelle n’a pas non plus mis en évidence de risque particulier de voir se développer des tumeurs affectant les zones les plus proches de l’appareil.

Pas de données au-delà de 13 ans

La durée d’exposition n’aurait pas non plus d’influence sur le risque de cancer. Dans ce travail, elle reste cependant limitée à 13 ans. Il n’existe donc pour l’heure aucune donnée confortant l’existence d’un risque particulier, lié à une exposition plus intense ou de plus longue durée.

Dans un éditorial publié dans le même numéro du BMJ, le Pr Anders Ahlbom du Karolinska Institutet de Stockholm (Suède) souligne que ces « nouvelles données sont rassurantes. Mais il reste très important et recommandé de poursuivre les travaux sur cette (…) Lire la suite sur destinationsante.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *